« 30 % d’acquéreurs Franciliens en Eure-et-Loir »

Par eurelien.fr
//  Publié le
31-03-2021
//  Mis à jour le 31-03-2021
Temps de lecture : 5 min

Valérie Pénin-Frilley, présidente de la Chambre des notaires d’Eure-et-Loir, confirme l’attractivité du département aux yeux, notamment, des Franciliens.

Eurélien Le Mag : Qu’avez-vous constaté sur le marché immobilier en Eure-et-Loir, depuis un an ?

Valérie Pénin-Frilley : Nous avons constaté que 2020 a été une année très active sur le plan des ventes immobilières, en Eure-et-Loir. Mais, cette tendance avait déjà commencé il y a quelques années. 2019, par exemple, était aussi une très bonne année sur ce plan et 2020, malgré un arrêt de près de trois mois, est restée sur cette lancée. Ce qui est sûr, c’est que le département est attractif de par sa position entre Normandie et région parisienne, avec des prix qui restent nettement plus faibles qu’en Ile-de-France ! Mais pour ce qui est d’une arrivée « massive » de Franciliens, il faut être prudents : il y a une vague mais ce n’est pas un tsunami…

 

Eurélien Le Mag : Quel est le profil de ces nouveaux Euréliens ?

Valérie Pénin-Frilley : La grande majorité sont des couples de 35-45 ans avec enfants dont l’un des deux conserve – au moins un temps – son emploi en Ile-de-France tandis que l’autre est prêt à travailler en Eure-et-Loir. Ce sont plutôt des cadres moyens à supérieurs en quête d’une qualité de vie, alors que jadis, on voyait plutôt venir des familles à revenus modestes que la région parisienne éloignait en raison de ses prix exorbitants.

 

Eurélien Le Mag : Quel est le pourcentage d’acheteurs qui viennent d’autres départements que l’Eure-et-Loir ?

Valérie Pénin-Frilley : Les gens qui achètent un bien en Eure-et-Loir sont encore pour 66% des Euréliens. 30% des autres ventes sont en faveur d’acquéreurs franciliens. Les 4% restants viennent d’autres régions.

 

Eurélien Le Mag : Y a-t-il des secteurs du département plus demandés que les autres ?

Valérie Pénin-Frilley : Il y a trois zones principales qui attirent, notamment, les Franciliens : ce sont la région chartraine, les franges franciliennes (de Maintenon à Auneau) et Dreux.

 

A ne pas manquer dans l'actualite

Le vélo, un enjeu touristique pour l’Eure-et-Loir
Consommation
Plus beau marché de France… L’Eure-et-Loir bien représenté
Des randonnées pour tous les goûts